La race charolaise : son histoire et ses caractéristiques

A l’origine, comme la très large majorité des bœufs, les charolais étaient utilisés comme animaux de traction dans leur bassin d’origine, le Charolais et le Brionnais. A cette époque et jusqu’au 17ème siècle, la majorité des terres françaises était exploitées en cultures.

A la fin du 17ème siècle dans cette zone, les métayers pouvant gérer leurs terres en toute liberté, les haies sont apparues, fermant des prés herbagers riches destinés à l’embouche des animaux. C’est à cette époque, vers 1698 qu’apparaît sur les étals des marchés de Sceaux et de Poissy entre juin et novembre les premiers bœufs engraissés de la sorte. L’intérêt pour cette race reconnue supérieure pour ses qualités de viande se développe tout au long du 18ème siècle. La famille Mathieu originaire d’Oyé est la première à exporter la race hors du bassin d’origine pour aller s’implanter dans la Nièvre. C’est le début du développement de la race. Parallèlement, de nombreux essais de croisements sont réalisés qui aboutissent à la même conclusion : la race charolaise (également appelée à cette époque nivernaise) dispose de qualités remarquables pour sa production de viande en race pure.

Le Herd Book Charolais est créé en 1934. Cette date marque la fixation définitive des caractéristiques de la race charolaise, qui aujourd’hui, est présente dans 70 pays, sous tous climats et latitudes, preuve de sa remarquable capacité de production qu’elle a su garder et améliorer d’années en années.

L